Français
Voir tous les carnets d'atelier Voir tous les carnets d'atelier
Le sarrusophone : un peu d'Histoire...

Inventeur : Pierre Louis Gautrot (1812-1882) 

Le sarrusophone fait partie d'une famille d'instruments conçus à l'origine pour être joué avec une anche double comme le basson. On pourrait dire par analogie que c'est une sorte de basson métallique.



Inventé par Pierre Louis Gautrot en 1856, le nom « sarrusophone » vient d'un hommage de Pierre Louis Gautrot rendu à M. Sarrus, chef de musique au 13ème de Ligne, qui lui aurait soumis l'idée de remplacer les hautbois et les bassons des orchestres militaires par des instruments en métal au timbre plus puissant.

L'histoire du sarrusophone est liée à celle d'un autre inventeur célèbre : Adolphe Sax. Connu pour être l'inventeur du saxophone, il réussi en 1845 à imposer sa famille d'instruments en cuivre appelés saxhorn. Il va donc se retrouver en position de monopole pour la fabrication des instruments joués par les orchestres militaires . 
Ce succès, qui va avoir des répercussions commerciales importantes, va évidemment faire croître la colère des facteurs parisiens, d'autant plus qu'en 1847 on verra arriver le brevet d'invention de la famille des saxophones.

Pour tenter de contrer le succès de Sax et de ses familles de saxhorns et saxophones, Gautrot va breveter le sarrusophone en 1856 afin de « (…) pouvoir produire une famille d'instruments qui puisse en elle seule renfermer toute l'étendue d'un orchestre lyrique (...) ».
Les facteurs parisiens (avec à leur tête Gautrot) vont donc mener une guerre commerciale contre Sax.

Les procédures judiciaires pour contrefaçon ou nullité de brevet vont se succéder de 1848 à 1867.
En 1873 Sax déposera le bilan, mais d'autres facteurs parisiens auront soufferts de sa position de monopole, soit à cause des indemnités qu'ils auront du reverser dans la perte des procès pour contrefaçon, soit tout simplement parce que les instruments de leur spécialité seront un temps supprimés des orchestres militaires.

Le sarrusophone va tomber en désuétude un peu avant la seconde guerre mondiale, mais des grands compositeurs auront écris pour lui, tel que Debussy, Gounod, Massenet, Ravel, Saint Saëns, Stravinsky...Il a souvent été utilisé en orchestre symphonique pour remplacer le contrebasson (Beethoven, Berlioz, Richard Strauss...)
Il a également été utilisé occasionnellement dans la musique jazz par Sidney Bechet. On peut encore entendre aujourd'hui quelques sarrusophone graves se produire.


L'instrument présenté ici est un sarrusophone baryton qui devrait « sonner » en Mib. Il est estampillé ″Gautrot-Marquet″ ce qui désigne à l'époque une fabrication d'instruments de 1er choix. 

Cette restauration complète va permettre de retrouver la sonorité du sarrusophone et l'instrument sera à nouveau joué. C'est donc un voyage musical dans le temps que nous allons vous présenter à l'issue de ce travail.

Vous pourrez suivre les étapes de cette restauration sur notre page facebook.

Sources : Je vous renvois directement au travail de recherche et de synthèse remarquable et très complet réalisé par Michel GERARD, parut dans La lettre du hautboïste n°28 du deuxième semestre 2011.

article G.K 06/2015


Marc GROSS Ophicléide SARL - 1, rue des fondeurs - 68500 Guebwiller - FRANCE - Tél : +33 3 89 74 82 30 - Fax : +33 3 89 75 74 10
Ouvert du lundi au Jeudi de 9h à 12h et de 14h à 19h, le vendredi de 10h à 12h et de 14h à 19h, le samedi de 10h à 12h et de 14h à 17h30
Mentions légales


Bookmark and Share