Français
Voir tous les carnets d'atelier Voir tous les carnets d'atelier
Le hautbois dans tous ses états !

On dit que le hautbois est un instrument de musique de caractère, sinon de mauvais caractère, et parfois versatile. C'est un instrument qui demande qu'on lui donne beaucoup de soi-même pour l'apprivoiser et le maîtriser.

C'est aussi un instrument difficile à fabriquer, à entretenir et bien sûr à jouer. La mécanique du hautbois moderne est le fruit d'une longue évolution. Elle est devenue complexe, assez fragile et surtout très délicate.

Nous proposons dans cet article un petit aperçu technique sur la maintenance du hautbois en atelier, illustré par quelques photos sur divers instruments qui sont passés sur la « table d'opération », dont le hautbois baryton et le cor anglais.

L'objectif de cet article n'est pas de démontrer le protocole de révision d'un hautbois, mais de vous partager, au travers de quelques images, des hautbois en cours de maintenance et vous permettre de (re)découvrir cet instrument du point de vue technique de l'atelier.

1ère étape : le démontage

Pour bien être sûr d'aller au fond des choses, la première étape, c'est évidemment le démontage complet du clétage. Ceci va permettre une vérification de la boiserie (risques de fentes), la vérification du boulage (ces petites boules vissées dans le bois qui soutiennent les clés) et le changement des lièges des tenons.



Par exemple, il arrive souvent qu'un liège tenon entre le corps du haut et le corps du bas qui « boite » soit à l'origine de certains problèmes, sans que les réglages ne soient en cause.


Une fois les nouveaux lièges tenon façonnés et ajustés, on peut s'attaquer aux lièges du bocal (ici des bocaux de cor anglais et de hautbois baryton). On devine facilement sur la photos ceux qui ont déjà été changés, et ceux qui n'ont pas été changés depuis plus de 10 ans.


Le démontage des boîtes d'octaves est une étape importante, l'encrassement progressif de celles-ci a un réel impact sur les sonorités des différentes octaves.

Le bois sera aussi traité à l'huile pour la prévention des risques de fentes. Les cheminées encrassées sont nettoyées, tout ça aura évidemment un impact positif sur les sensations de l'instrumentiste en sortie de révision.

2ème étape : le clétage

Extrêmement délicat, le toucher du hautbois ne pardonne pas de « faiblesse » dans les ajustements des axes, des charnières et des vis à pointe. 

Sur certaines clés, les axes sont vissés à l'intérieur des charnières (les minuscules vis que vous pouvez voir sur la photo). Il convient de sortir les axes pour les remettre en ligne (dévoilage) et les lubrifier, bien souvent les clés ont tendances à se voiler au fil du temps et des petits chocs peuvent s'occasionner.
Les ressorts aiguilles sont remplacés à la moindre suspicion de faiblesse.

Parfois, on a des surprises : ici une spatule de clé de Sol# cassée sur le hautbois de droite ! 



Dans ce cas, pas le choix, il faut fabriquer et braser une nouvelle spatule.


Après finition et réargenture, c'est reparti pour le Sol# à droite !

3ème étape : les tampons

Pour les remise à neuf, tous les tampons sont changés. Lors des révisions, on change certains tampons de manière préventive ou à cause d'une usure trop marquée.

A gauche, les tampons lièges qui viennent d'être collés et sur la photo de droite on va remplacer préventivement un tampon en cuir sur la clé de Si grave.


Sur la photo de gauche, vous pouvez voir les nouveaux lièges de butées qui viennent d'être remplacés, étape très importante pour supprimer les approximations de réglages et les bruits de mécanique. A droite, nous avons un retamponnage du corps du bas qui n'attend plus que d'être remonté.

Les tampons lièges sont déjà façonnés de manière à épouser parfaitement la cheminée. En raison des nombreux paramètres qui peuvent causer des défaillances, le « bouchage » d'un hautbois se doit d'être au moins parfait...

4ème étape : les réglages


Ici nous avons un réglage en cours sur un corps du bas de hautbois baryton (remarquez la longueur des clés des graves qui sont posées devant !). Le papier à cigarette est l'outil idéal, si bien sûr toutes les étapes précédentes ont été réalisées méticuleusement.
Les réglages du hautbois sont délicats, d'autant plus que l'on peut facilement masquer certaines imperfections (lièges tenon qui « boite », bouchage aléatoire, axe voilé, encrassement...) en déplaçant le problème ailleurs du fait des nombreuses possibilités de réglages par vis.


Le réglage final se fait en général avec le musicien, pour les particularités et les compromis de justesse propre à chacun.

Le travail est toujours garanti pour permettre un affinage du réglage par après si nécessaire.

article G.K 06/2015
Marc GROSS Ophicléide SARL - 14D Boulevard de l'Europe - 68100 Mulhouse - FRANCE - Tél : +33 3 89 74 82 30 - Fax : +33 3 89 75 74 10
Ouvert le Lundi de 14h à 19h, du Mardi au Vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h, le Samedi de 10h à 17h30
Mentions légales


Bookmark and Share